VISIOCONFÉRENCE : Réforme de l’Université et de la Formation Marocaine

                                                                     Réforme de l’Université et de la Formation Marocaine

                                                                                                 Jeudi 4 Juin 2020

 

Jeudi 4 juin 2020, l’Institut Amadeus a organisé une visio-conférence ayant pour thématique : « Réforme de l’Université et de la Formation Marocaine ». Cet atelier a rassemblé plusieurs experts du domaine universitaire marocain afin de discuter des perspectives de réforme du dispositif de l’enseignement supérieur du Royaume pour la période post-Covid-19.

La problématique du départ des étudiants avant l’obtention de leur licence a été soulevée en premier lieu. Il a été d’ailleurs mentionné que seulement 13% des étudiants quittent l’Université après avoir obtenu un diplôme et que 85% des étudiants marocains ayant atteint les études supérieures se dirigent vers des filières dites non sélectives (ne nécessitant pas de pré-sélection).

Par ailleurs, a été mis en avant, le besoin d’impliquer les entreprises dans le parcours universitaire des étudiants à travers des stages ou des interventions directes au sein des écoles supérieures. Car selon les intervenants, ceci permettrait d’augmenter l’employabilité des diplômés marocains, et permettrait aux sociétés de participer à la formation de profils adaptés au marché de l’emploi local. De plus, cette approche offrirait aux étudiants la possibilité de développer leur expérience dans le milieu professionnel avant leur diplomation. Toujours dans l’optique de l’employabilité, les intervenants ont été unanimes sur l’obligation d’adapter les formations aux besoins du marché de travail et ont insisté sur l’intégration de l’entreprenariat dans le parcours académique, afin d’inciter davantage à la création de TPE-PME.

La digitalisation a aussi été abordée lors de cette visio-conférence, où le passage à un système d’enseignement à distance, minimisant l’utilisation de locaux a été largement soutenu par les intervenants. Selon eux, une telle évolution libérerait les universités pour l’aménagement de plus de laboratoires et d’autres lieux de recherche. A ce sujet, les intervenants ont fait appel à davantage de financement, et ont invité les entreprises à y prendre part plus activement.

Le rapprochement des secteurs publics et privés a été également discuté. Dans ce cadre, les panélistes ont plaidé pour la création de groupements universitaires régionaux, afin de complémenter les compétences de chacun. Un appel pour la spécialisation régionale dans certains secteurs a été aussi émis. Enfin, toujours dans le cadre de l’offre de formation, une intégration élargie de la langue anglaise dans les différentes filières a été fortement supportée.

Les intervenants se sont félicités de l’augmentation du nombre d’étudiants en mobilité à l’étranger, mais ont cependant critiqué le manque de soutien apporté par les autorités marocaines aux jeunes africains souhaitant étudier au Maroc. Ainsi, un consensus autour de la facilitation systématique des procédures d’obtention de visas pour les étudiants originaires du continent africain a été enregistré.

 

Cette Visio-conférence a connu la participation de :

  • Samir Benmakhlouf, CEO de London Academy.
  • Driss Bettache, Directeur Afrique et International- OFPPT
  • Thami Ghorfi, Président de l’ESCA-Ecole de Management
  • Mohammed H’midouch, CEO, Inter Africa Capital Group/Vice-Président Exécutif de l’Académie Diplomatique Africaine (ADA)
  • Abdellatif Komat, Doyen de la Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales, Université Hassan II –Casablanca
  • Radouane Mrabet, Président de l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah –Fès
  • Brahim Fassi Fihri, Président Fondateur de l’Institut Amadeus
  • Ghassane Hajji, Chief Strategy Officer de l’Institut Amadeus.
Partagez cet article sur :

Articles liés