Health Tech : quels enjeux et perspectives pour le Maroc ?

 

La technologie de la santé (Health Technology) ou Health Tech est définie par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) comme étant l’ensemble des applications de connaissances et de savoir en matière médicale. Cette définition englobe également la conception de médicaments, de vaccins, d’équipements, de protocoles de traitement ou de systèmes dédiés aux soins et à la prévention.

La Health Tech désigne également les grandes entreprises et startups opérants dans le secteur sanitaire. Celles-ci développent des produits ou de nouvelles technologies pouvant être divisées en trois catégories :

  • La biotechnologie : qui consiste en la conception de médicaments et diagnostiques visant le soin ou la prévention de maladies
  • La MedTech : qui englobe la conception d’équipements médicaux de tout genre.
  • La Digital Health Tech (ou E-Santé) : qui concerne l’ensemble des solutions digitales proposées afin de simplifier le contact entre médecins et patients ou pour faciliter le suivi des malades.

La pandémie de la Covid-19 a chamboulé les systèmes sanitaires à un niveau global. De par sa rapide propagation et de son caractère très volatile, le Coronavirus a mis le secteur de la Health Tech face à un défi considérable. Celui-ci consiste à apporter une réponse adéquate aux besoins du secteur de la santé en termes de médicaments, d’équipements et d’accès à la médecine dans des délais extrêmement réduits et des conditions difficiles.

Par ailleurs, il est désormais certain que les mesures de prévention des épidémies feront partie de notre quotidien au lendemain de la pandémie. Dans ce contexte, la Health Tech semble être un secteur en pleine ébullition, attirant main d’œuvre et investissements.

Dans cette optique, il est clair que de nouveaux équipements de dépistage innovants verront le jour, et seront intégrés dans différents aspects de notre vie quotidienne. Plus encore, la Health Tech accélérera sans aucun doute sa transition digitale, et l’usage des services de la santé se verra à jamais transformé.

Au regard de ces changements drastiques et globaux dans le secteur de la santé, nous ne pouvons que nous demander comment est-ce que le Royaume du Maroc saura s’adapter à cette nouvelle donne. Ainsi, nous nous questionnons sur les moyens de notre pays en terme de Health Tech, et comment celui-ci arrivera à développer ce secteur tout en faisant face à ses nombreux défis.

 

I/ Réalisations marocaines en termes de Health Tech :

Les opérateurs marocains se sont engagés tardivement dans la technologie de la santé. Les équipements médicaux utilisés au Royaume proviennent principalement de l’étranger. De plus, notre pays ne dispose pas de « marques » locales de médicaments, elles sont soit produites sur le sol national par des multinationales étrangères, soit importées. La digitalisation n’a été intégrée que de façon très limitée dans le secteur marocain de la santé et très peu d’opérateurs y sont actifs. Par ailleurs, le recours à la « E-Santé » est extrêmement limité.

Il est certain que le Maroc dispose d’un fort potentiel en termes de Health Tech, et la pandémie de la Covid-19 est venue accélérer le développement de ce domaine. Durant les premiers mois de confinement, plusieurs innovations ont été réalisées en matière de santé, où des respirateurs artificiels 100% marocains ont vu le jour. Ces derniers ont été développés par un large partenariat rassemblant plusieurs universités, des ministères et différents experts du secteur sanitaire. Leur spécificité réside dans la multitude d’options d’utilisation qu’ils offrent et la longévité de leurs batteries.

Des ingénieurs et médecins marocains ont également développés un masque intelligent, capable de détecter la Covid-19 à travers une application téléphonique. Cette invention constitue une énorme innovation en matière de santé, et mêle deux aspects de la Health Tech : la MedTech et le e-santé.

Enfin, le Maroc s’est adapté très rapidement aux besoins en masques de sa population. Ainsi, plus de 7 millions d’unités sont produites chaque jour. S’ajoutant à cela, la fondation MAScIR a réussi à développer un premier kit de dépistage 100% marocain, beaucoup moins cher que les kits utilisés habituellement et beaucoup plus rapide.

En terme de solutions digitales, la société DabaDoc a lancé le concept de « consultation en ligne » permettant aux médecins de consulter leurs patients à distance. Quoique présentant plusieurs limites en termes de détection des pathologies, ce dispositif permettrait aux malades de disposer d’un avis médical sans se déplacer aux cabinets ou cliniques.

Par ailleurs, dans le cadre de la réflexion sur la création de nouvelles chaînes d’approvisionnement au regard de la rupture des chaînes préexistante, il est primordial que le Maroc se dote de sa propre production en terme de technologies médicales.

 

II/ Perspectives de la Health Tech au Maroc :

Afin de développer le secteur de la technologie médicale au Maroc, il est primordial de maintenir la cadence d’innovations réalisées lors des premiers mois de la pandémie. Plusieurs indicateurs montrent que le dépistage des maladies fera partie de notre quotidien à l’ère post-Covid-19. Dans ce cadre, il est fort probable que l’usage des masques et des kits de dépistage soit normalisé.

Ainsi, le Maroc à tout intérêt à maintenir la cadence de production des masques. Il y a quelques semaines, celle-ci a atteint la quantité permettant leur exportation, démarquant ainsi le Royaume sur le continent africain et dans la région méditerranéenne.

L’Etat marocain se doit également de supporter les startups nationales évoluant dans le secteur de la santé. Ces dernières comptent des entreprises portant des projets novateurs visant à affranchir le Maroc de la dépendance vis-à-vis de l’étranger en terme d’équipements. Par ailleurs, une aide doit être offerte également au développement de la e-santé.

La transformation digitale présente d’énorme opportunités pour le secteur sanitaire. Au-delà de faciliter le lien entre médecins et patients, elle pourrait également simplifier le contact entre opérateurs de la santé et fournisseurs en médicaments et en équipements. Ainsi, un système digitalisé pourrait être élaboré afin de signaler aux fournisseurs quand est-ce qu’un acteur de la santé se rapprocherai d’une barre de besoin, réduisant ainsi fortement les délais de livraison.

Enfin, les autorités marocaines devraient encourager le développement d’entreprises se spécialisant dans la technologie médicale. Ceci pourrait être réalisé à travers des politiques visant à rendre le secteur attrayant pour les investisseurs nationaux. Par ailleurs, au regard de l’utilité publique de la Health Tech, il serait également judicieux d’émettre des mesures fiscales, tels des baisses d’impôts ou des aides financières, aux profits des nouveaux opérateurs souhaitant s’y investir.

 


 

 

Ilyas BENABDELJALIL, Né à Kiev en août 1994. Il obtient un bachelor en Sciences Politiques à l’Université Internationale de Rabat en 2015, avant d’obtenir un Master en Gouvernance Régionale à l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble en France en 2018. Il travaille par la suite pendant quelques années au sein de différentes agences de coopération internationale et de développement international, avant de rejoindre le monde de la recherche et des études stratégiques.

Ilyas BENABDELJALIL est chargé d’études à l’Institut Amadeus.