VISIOCONFÉRENCE : Innovation et entrepreunariat : quelles stratégies pour accroître la valeur ajoutée des produits marocains ?

Visioconférence  :Innovation et entrepreunariat : quelles stratégies pour accroître la valeur ajoutée des produits marocains ?
 

Jeudi 28 Mai 2020
 

Jeudi 28 mai 2020 à 15h00, l’Institut Amadeus a organisé un second atelier dans le cadre du cycle de vidéo-conférences sur la problématique de l’adaptation du modèle national de développement à la crise actuelle. Le thème de ce workshop était « Innovation et entrepreunariat : quelles stratégies pour accroître la valeur ajoutée des produits marocains ? » Plusieurs personnalités du monde de l’entrepreunariat ont été ainsi assemblées et ont débattu de la question ci-dessus.

 

Durant le débat, plusieurs questions furent soulevées, notamment la nécessité d’une relance sectorielle, en donnant la priorité aux secteurs les plus impactés, le besoin d’une action au profit des PME-TPE et l’accélération de la digitalisation de l’économie. Sur la question des PME-TPE, leur rôle prépondérant dans la lutte contre le Covid-19 fut mis en avant, accompagné d’un appel à leur faire davantage « confiance » et leur offrir plus de soutien, notamment au niveau régional. Pour les intervenants, le dit soutien pourrait se faire en leur offrant la possibilité de répondre aux commandes publiques et en les impliquant dans les projets de grande envergure. Le besoin d’accélérer la digitalisation fut lui aussi souligné, mais le manque d’utilisation d’outils tel le e-commerce (moins de 1% de la population marocaine) et d’autres obstacles à ce passage rapide au digital furent soulevés. La question de la fuite des cerveaux fut également mise en avant, en soulignant la nécessité à entreprendre des mesures visant à encourager les jeunes talents marocains à rester au pays, tout en attirant ceux qui sont partis à travers la mise en place d’un dispositif institutionnel spécialisé. Par ailleurs, la question de la consommation fut avancée, en y préconisant des actions visant à encourager les consommateurs marocains à acheter des produits locaux et à valoriser le « Made in Morocco » à l’international.

 

Les participants ont préconisé par ailleurs un passage progressif à l’économie verte, qui permettrait non seulement le développement d’une industrie écologiquement responsable, mais également de répondre aux questions sociales centrales du Maroc. Ce passage pourrait se faire grâce à la chute drastique des prix qui sont devenu compétitifs, ce qui permettrait une décarbonation à un cout relativement bas des grandes industries, avec le soutien du gouvernement. Les intervenants ont également souligné le potentiel qu’aurait le Maroc à produire et exporter du gaz à hydrogène vers l’étranger, notamment en Europe.

 

Enfin, la relocalisation fut également ramenée au cœur du débat. A ce sujet, les intervenants se sont accordés sur le fait que le Maroc a beaucoup à gagner. En outre, les participants ont également appelé à favoriser l’implémentation d’usines marocaines en Afrique.

 

Sur la question des relations économiques entre la Chine et le Maroc, il fut mentionné que celles-ci présentent un large avantage pour les deux pays. Pour le Royaume, il fut avancé qu’une multiplication de l’investissement chinois aura sans aucun doute un impact majeur sur l’activité économique. Pour la Chine, les intervenants se sont mis d’accord sur les atouts que lui offre le Royaume, notamment par sa proximité avec l’Europe, et tout ce que ça importe sur la question du cout de l’export et du rapprochement des chaines de valeurs et d’approvisionnements.

 

Enfin, la question des relations avec l’Afrique fut elle aussi abordée. Ainsi, les participants ont suggéré que le Maroc développe aux côtés de ses partenaires continentaux une résilience économique solide à l’échelle africaine, et ceci à travers des Zones de Libre Echange sous-régionales et la ZLECAF. En outre, les intervenants ont également encouragé les grandes entreprises marocaines à s’internationaliser en priorité en Afrique.

 

Cette visio-conférence a connu la participation de :

• Lamiae BenmakhloufDirectrice Générale de Technopark,
Karima Ghazouani, Directrice du Centre Universitaire de l’Entrepreunariat de L’UM5.
• Saloua Karkri Belkeziz, PDG GFI Informatique Maroc
• Sanae LahlouDirectrice chez Mazars Maroc – Business Unit Afrique –
• Said MoulineDirecteur Général de l’Agence Marocaine De L’efficacité Energétique AMEE
• Younes SekkouriDoyen Région Afrique chez Ecole des Ponts Business School
Brahim Fassi Fihri, Président Fondateur de l’Institut Amadeus
Ghassane Hajji, Chief Strategy Officer de l’Institut Amadeus